0


    Letter to Adrienne Lafayette from aboard la Victoire, June 1777
    (Reel 23, Folder 202)

    On his journey to America, young Lafayette writes to his wife, Adrienne, from aboard the vessel la Victoire. Having left his wife behind with one child and a second on the way, Lafayette’s tender letter conveys his love for his wife, his boredom at sea, and his eagerness to defend freedom in the colonies.

 
(click images for full-sized versions in a new window)

page 1

page 2

page 3

page 4

page 5

page 6

page 7

page 8

page 9


Letter to Adrienne Lafayette from aboard la Victoire, June 1777
(Christine Valadon, translator)

It is from afar that I write to you, my Dear Heart, and to this cruel separation I have to add the even more horrible doubt of when I can receive news from you. However, I hope to get some soon. Among the many reasons which make me wish to arrive, none give me more impatience than this one. So many fears and troubles need to be added to the already intense sorrow to be separated from everything which is dearest to me. How did you deal with my second departure? Do you love me less for it? Have you forgiven me? Did you consider that in any case I had to be separated from you, to roam in Italy and to live without glory among people most opposed to my plans and to my way of thinking. These thoughts did not stop me from feeling an awful emotion during the terrible moments which separated me from the shore. Missing you, my friends, Henriette, everything flashed in front of my soul in a tearing manner. It is then that I could no longer find any excuses for this trip. If you knew all I suffered; the forlorn days which I spent sailing away from all that I love most in the world. Will I have to add to these sorrows the knowledge that you do not forgive me! Truly, my Love, I would then be worthy of pity. But I have not given you any news of myself, my health; I know that these details interest you.

Since I last wrote I have been in the most boring country. The sea looks so morose that I believe we make each other sad. I should have already arrived, but the winds have cruelly betrayed me. I will not reach Charles town for another 8 to 10 days. It is in this city that I will disembark. What a great pleasure it will be! Once ashore, I will everyday hope to get news from France. I will learn so many interesting things on what is to be discovered and more importantly on what I have so regretfully left behind. May I learn that you are well, that you still love me and that many of my friends do also, I will then accept the rest with utter philosophy whatever it is and whichever country it comes from. But if my heart were attacked in its most vulnerable spot, if you no longer loved me, I would be utterly miserable. But I do not have to fear this, do I my Dear Heart? I was rather sick during the first part of the trip and, as mean people do, I could have consoled myself with the fact that I was not the only one. I took care of myself in my own way and got better sooner than the others. I now feel about the same as if I were on land.

Once ashore, I am convinced that my health will remain perfect for a long time. Please do not imagine that I will run any risk in my future activities. The position of general officer has always been considered as an assurance of immortality. It is a service so different from what I would have done in France, as a colonel for example. The post of general officer is one of counseling only. Ask all the French general officers whose number is all the larger because they do not run any risk; as a consequence they are not eager to let others in as they do in other branches. The proof that I am not trying to deceive you is that at present we are in some danger for we could be attacked by British vessels and mine is not equipped to defend itself. But once we have arrived I will be perfectly safe. You see, my Dear Heart, that I am telling you everything. Trust me and do not worry without cause. I will not journal my voyage for you. Here days follow one another and even worse look alike. Always the sky, always the water, and the following day it is the same. Truly, people who write volumes about a sea passage must be cruel prattlers. For, like others, I did have contrary winds, I did make a long journey, I did put up with thunderstorms; I also saw vessels and they were a lot more interesting to me than to any other travelers, but I noticed nothing worth writing or that anyone could have written.

But let’s now talk about more important topics. Let’s talk about you, about dear Henriette and her brother or sister. Henriette is so lovable that she makes me fond of girls. Whatever the sex of our new child, I will welcome it with much joy. Do not delay one instant to hasten my happiness by informing me of the birth. I do not know if it is because I now am a father twice that I feel more a father than ever. Mr. … and my friend Carmichael will avail you of ways to reach me and I am convinced that they will do everything in their power to make me happy as soon as possible. Do write; you could even send a trustworthy man; it would be such a pleasure to ask questions to someone who would have seen you. Landrin, for example; well, do as you think best. You do not know the strength or tenderness of my feelings for you if you think that you can neglect anything that concerns you.

This first letter will take a long time to reach you, but as soon as I have settled down, you will often receive news and fresher ones. There is not much difference between letters from America or Sicily. Let me tell you that Sicily is still very dear to my heart. I thought that I was so close to seeing you. But let’s drop the subject of Sicily. Farewell my Dear Heart, I will write you from Charles town; I will write you before getting there. Good night for now.

June 7, 1777

I am still upon this lonely plain and without comparison it is boring as can be. To comfort myself I think of you and my friends. I think of the pleasure of being with you again. What a charming moment when I arrive unexpectedly and come to embrace you at once. You might be with our children! The mere thought of this happy moment gives me great pleasure. Do not think this moment so far away! It will seem awfully long to me; but truly it will not be as long as you might imagine. Without being able to decide the day or even the month, without evaluating myself the state of affairs, this exile that Mr. d’Ayen prescribed until January seems so awful that I would not on my own order a longer one for myself.

Won’t you agree, Dear Heart, that my activities and my life here will be quite different from those reserved for me in this futile trip. Defender of this freedom which I venerate, freer than anyone and coming as a friend to offer our help to such an interesting republic, I bring here my integrity and good will only. No ambition, no personal interests. While working for my glory, I work for their happiness. I hope that as a favor to me you will become a good American citizen, a feeling for virtuous hearts. The happiness of America is closely tied to that of humanity; America will become a secure and honorable haven for virtue, tolerance and quiet freedom.

Once in a while, there are small alerts, but by being clever and lucky I am sure to pass through without any problem. It will please me much for I am getting more reasonable every day. You know that the Vicomte de Noailles is known to repeat that traveling shapes young people’s character. Were he to say it once mornings and nights, it would indeed not be too often for, more and more, I feel the accuracy of this phrase. I do not know where this poor Vicomte is at present, nor the Prince de Poix, nor any of my friends. How cruel not to know. Whenever you meet somewhere someone whom I love somewhere, give him my warmest regards. Do hug my dear sisters. Tell them to remember me and love me. Please convey my respects to Miss Morin. I also recommend to you this poor priest … . As for the Marechal de Noailles, tell him that I do not write to him for fear of boring him. I need only to inform him of my arrival. Tell him that I am waiting for a list of trees and plants or whatever he wants from me and that I wish that my reliability be a proof of my respect for him. Convey my respects to the Duchesse de la Tremoilles and tell her that I make her and her daughter in law, who has a beautiful garden, the same offer which I just made to the Marechal de Noailles. Please also let my dear friend Desplaces know that I am in good health. As for my aunts, Mrs. D’Ayen, and the Vicomtesse, please tell them that I will be writing to them. These are my messages, my Dear Heart. I have also sent mail to Sicily.

Several kinds of birds can now be seen, which tells us that we are approaching land. The hope to get there is sweet for life here is quite boring. Fortunately, my good health allows me to keep busy. I share my time between military books and English ones. I made some progress in this language which is to become so necessary to me. Farewell my Dear Heart; darkness does not allow me to continue writing because, for the past few days, I have ordered that no light be lit on my vessel. See how careful I am! Farewell then. If my fingers were led by my heart, I would need no light to tell you that I love you and will love you always.

June 15, at Major Nuger’s*

I have arrived my Dear Heart, and in very good health, at the house of an American officer and, by sheer good luck, a French vessel is setting sails. Imagine my joy! I am going tonight to Charles town. I will write you from there. There is yet no interesting news to report. The countryside is open and there is no fighting, at least not much. Manners in this world are simple, honest and, in all things, worthy of the country where the beautiful word liberty resonates. I meant to write to Mr. d’Ayen, but it is not possible. Farewell, farewell, my Dear Heart. From Charles town I will go to Philadelphia by land and then join the army.

Isn’t it so my Heart that you still love me.

Lafayette

* He is the father of the man who worked so generously and devotedly to free Lafayette from the prisons of … .

Back to top

Une lettre écrite à Adrienne Lafayette à bord de La Victoire, juin 1777
(Christine Valadon, transcriber)

C’est de bien loin que je vous écris, mon cher Coeur, et à ce cruel éloignement je joins l’incertitude encore bien plus affreuse du temps où je pourrai savoir de vos nouvelles. J’espère cependant en avoir bientôt ; parmi tant d’autres raisons qui me font désirer d’arriver, aucune ne me donne autant d’impatience que celle-là. Que de craintes, que de troubles, j’ai à joindre au chagrin déjà si vif de me séparer de tout ce que j’ai de plus cher. Comment aurez-vous pris mon second départ? M’en aurez-vous moins aimé? M’avez-vous pardonné? Avez-vous songé que dans tous les cas il fallait être séparé de vous, errant en Italie, et traînant une vie sans gloire au milieu des personnes les plus opposées à mes projets et à ma façon de pense? Toutes ces réflexions ne m’ont point empêché d’éprouver un mouvement affreux dans ces terribles moments qui me séparaient du rivage. Vos regrets, ceux de mes amis, Henriette, tout s’est représenté à mon âme d’une manière déchirante. C’est bien alors que je ne me trouvais plus d’excuses. Si vous saviez tout ce que j’ai souffert, les tristes journées que j’ai passées en fuyant tout ce que j’aime au monde. Joindrai-je à ce malheur celui d’apprendre que vous ne me pardonnez pas? En vérité mon cœur je serais trop à plaindre. Mais je ne vous parle pas de moi, de ma santé, et je sais que ces détails vous intéressent.

Je suis depuis ma dernière lettre dans le plus ennuyeux des pays : la mer est si triste, et nous nous attristons je crois mutuellement, elle et moi. Je devrais être arrivé, mais les vents m’ont cruellement contrarié ; je ne me verrai pas avant 8 ou 10 jours à Charles town. C’est là que je compte débarquer et ce sera un grand plaisir pour moi. Une fois arrivé j’aurai tous les jours l’espérance de recevoir des nouvelles de France. J’apprendrai tant de choses intéressantes et sur ce que je vais trouver et surtout sur ce que j’ai laissé avec tant de regrets! Pourvu que j’apprenne que vous vous portez bien, que vous m’aimez toujours, et qu’un certain nombre d’amis sont dans le même cas, je serai d’une philosophie parfaite pour le reste, de quelque espèce et de quelque pays qu’ils puissent être. Mais aussi si mon cœur était attaqué dans un endroit bien sensible, si vous ne m’aimiez plus du tout, je serais trop malheureux. Mais je ne dois pas le craindre, n’est-ce pas mon cher Cœur ? J’ai été bien malade dans les premiers temps de mon voyage, et j’aurais pu me donner la consolation des méchants qui est de souffrir en nombreuse compagnie. Je me suis traité à ma manière, et j’ai été plus tôt guéri que les autres. A présent, je suis a peu près comme à terre!

Une fois arrivé, je suis sûr d’avoir acquis l’assurance d’une santé parfaite pour bien longtemps. N’allez pas croire que je cours des dangers réels dans les occupations que je vais avoir. Le poste d’officier général a toujours été regardé comme un brevet d’immortalité. C’est un service si différent de celui que j’aurais fait en France, comme colonel par exemple. Dans ce grade-là, on n’est que pour le conseil. Demandez-le à tous les officiers généraux français dont le nombre est d’autant plus grand qu’une fois arrivés là ils ne courent plus aucun risque et par conséquent ne font pas place à d’autres comme dans les autres services. La preuve que je ne veux pas vous tromper, c’est qu’à présent nous courons quelques dangers parce que nous risquons d’être attaqués par des vaisseaux anglais et que le mien n’est pas de force à se défendre. Mais une fois arrivé, je serai en sûreté parfaite. Vous voyez que je vous dis tout, mon cher Cœur, ainsi ayez confiance, et ne soyez pas inquiète sans sujet. Je ne vous ferai pas le journal de mon voyage. Ici les jours se suivent et, qui pis est, se ressemblent ; toujours le ciel, toujours l’eau, et puis le lendemain c’est la même chose.. En vérité, les gens qui font des volumes sur une traversée maritime doivent être de cruels bavards. Car, moi, j’ai eu des vents contraires comme un autre, j’ai fait un très long voyage comme un autre, j’ai essuyé des orages, j’ai vu des vaisseaux et ils étaient beaucoup plus intéressants pour moi que pour tout autre, eh bien je n’ai rien remarqué qui valût la peine d’être écrit, ou qui ne l’eût été par tout le monde.

A présent, parlons de choses plus importantes ; parlons de vous, de la chère Henriette, de son frère ou de sa sœur. Henriette est si aimable qu’elle me donne le goût des filles. Quelque soit notre nouvel enfant, je le recevrai avec une joie bien vive. Ne perdez pas un instant pour hâter mon bonheur en m’apprenant sa naissance. Je ne sais pas si c’est parce que je suis deux fois père, mais je me sens père plus que jamais. M. … et mon ami Carmichael vous fourniront des moyens; je suis bien sûr qu’ils ne négligeront rien pour me rendre heureux le plus tôt possible. Ecrivez, envoyez même un homme sûr, un homme qui vous aurait vue me ferait tant de plaisir à interroger, Landrin, par exemple … enfin comme vous le jugerez à propos. Vous ne connaissez pas mon sentiment aussi vif, aussi tendre qu’il est si vous croyez pouvoir négliger quelque chose qui ait rapport à vous.

Vous recevrez bien tard de mes nouvelles cette fois-ci, mais quand je serai établi, vous en aurez souvent et de bien plus fraîches. Il n’y a pas grande différence entre les lettres d’Amérique et les lettres de Sicile. Je vous avoue que j’ai furieusement cette Sicile dans le cœur. Je me suis cru si près de vous revoir. Mais brisons court à l’article Sicile. Adieu, mon Cher Cœur, je vous écrirai de Charles town. Je vous écrirai avant d’y arriver. Bon soir pour aujourd’hui.

Ce 7 juin 1777

Je suis encore dans cette triste plaine, et c’est sans nulle comparaison ce qu’on peut faire de plus ennuyeux. Pour me consoler un peu, je pense à vous, à mes amis. Je pense au plaisir de vous retrouver. Quel charmant moment quand j’arriverai et que je viendrai vous embrasser tout de suite sans être attendu. Vous serez peut-être avec nos enfants. J’ai même à penser à cet heureux moment un plaisir délicieux. Ne croyez pas qu’il soit éloigné. Il me paraîtra bien long sûrement ; mais dans les faits il ne sera pas aussi long que vous allez vous l’imaginer. Sans pouvoir décider ni le jour, ni même le mois. Sans voir par moi-même l’état des choses, cet exil prescrit par M. le duc d’Ayen me paraissant si immonde que certainement je ne prendrai pas sur moi de m’en ordonner un bien long.

Vous avouerez, mon Cœur, que l’occupation et l’existence que je vais avoir sont bien différentes de celles qu’on me gardait dans ce futile voyage. Défenseur de cette liberté que j’idolâtre, libre moi-même plus que personne, en venant comme ami offrir nos services à cette république si intéressante ; je n’y porte que ma franchise et ma bonne volonté. Nulle ambition, nul intérêt particulier, en travaillant pour ma gloire, je travaille pour leur bonheur. J’espère qu’en ma faveur vous deviendrez bonne Américaine ; c’est un sentiment fait pour les cœurs vertueux. Le bonheur de l’Amérique est intimement lié au bonheur de toute l’humanité ; elle va devenir le respectable et sûr asile de la vertu, de l’honnêteté, de la tolérance, de l’égalité et d’une tranquille liberté.

Nous avons de temps en temps de petites alertes, mais avec un peu d’adresse et de bonne fortune, je suis bien sûr de passer sans inconvénient. J’en serai d’autant plus charmé que je deviens tous les jours excessivement raisonnable. Vous savez que le Vicomte de Noailles est sujet à répéter que les voyages forment les jeunes gens ; s’il ne le disait qu’une fois tous les matins et une fois tous les soirs, en vérité ce ne serait pas trop, car je sens de plus en plus la justesse de cette sentence. Je ne sais où il est ce pauvre Vicomte, non plus que le Prince de Poix, non plus que tous mes amis. C’est pourtant une cruelle chose que cette ignorance. Toutes les fois que vous pourrez rencontrer dans un coin quelqu’un que j’aime, dites-lui mille et dix mille choses pour moi. Embrassez bien tendrement mes chères sœurs ; dites-leur qu’elles se souviennent de moi et qu’elle m’aiment. Faites bien mes compliments à Mlle Morin. Je vous recommande aussi ce pauvre abbé … . Quant à M. le Maréchal de Noailles, dites-lui que je ne lui écris pas de peur de l’ennuyer et que je n’ai à lui apprendre que mon arrivée ; que j’attends ses commissions pour des arbres ou plantes ou ce qu’il voudra de moi, et que je voudrais bien que mon exactitude pût être une preuve de mon sentiment pour lui. Présentez aussi mes hommages à Mme la Duchesse de la Trémoïlle et dites-lui que je lui fais les mêmes offres qu’au Maréchal de Noailles, pour elle ou pour sa belle-fille qui a un très beau jardin. Faites aussi savoir à mon vieil ami Desplaces que je suis en bonne santé. Quant à mes tantes, à Mme d’Ayen, à la Vicomtesse, je leur écris. Voilà mes petites commissions mon cher Cœur ; j’ai écrit aussi en Sicile.

On voit aujourd’hui plusieurs espèces d’oiseaux, ce qui annonce que nous ne sommes pas loin de terre. L’espérance d’y arriver est bien douce car la vie de ce pays-ci est bien ennuyeuse. Heureusement que ma bonne santé me permet de m’occuper un peu. Je me partage entre les livres militaires et les livres anglais. J’ai fait quelques progrès dans cette langue qui va me devenir si nécessaire. Adieu mon cher Cœur ; la nuit ne me permet pas de continuer car j’ai interdit toute lumière depuis quelques jours dans mon vaisseau. Voyez comme je suis prudent. Adieu donc. Si mes doigts sont un peu conduits par mon cœur, je n’ai pas besoin d’y voir clair pour vous dire que je vous aime et que je vous aimerai toute ma vie.

15 juin, chez le Major Nuger*

J’arrive, mon cher Cœur, en très bonne santé dans la maison d’un officier américain, et par le plus grand bonheur du monde un vaisseau français met à la voile. Jugez comme j’en suis aise. Je vais ce soir à Charles town, je vous y écrirai. Il n’y a point de nouvelles intéressantes. La campagne est ouverte, mais on ne se bat pas, très peu du moins. Les manières de ce monde-ci sont simples, honnêtes, et dignes en tout du pays où tout retentit du beau nom de liberté. Je comptais écrire à M. d’Ayen, mais c’est impossible. Adieu, adieu, mon cher Cœur. De Charles town, je me rendrai par terre à Philadelphie et à l’armée.

N’est-il pas vrai mon Cœur que vous m’aimez toujours.

Lafayette

* C’est le père de celui qui s’est si généreusement dévoué pour sauver Lafayette (?) des prisons d’a…

Back to top

LAFAYETTE HOME About the Collection Selected Documents Finding Aid CSU and Lafayette Life & Times in Words & Pictures Links Credits LAFAYETTE HOME